Le processus participatif est synonyme de communication et de travail relationnel

L' approche participative est utilisée dans les processus de planification, les grands projets d'infrastructure, l'aménagement du territoire ou la transformation d'espaces verts.

La bonne volonté ne suffit pas : les processus participatifs doivent être menés avec des objectifs concrets, des acteurs concernés et des méthodes adaptées et nécessitent un important travail de communication.


Processus de participation formels vs informels

Certains processus participatifs sont définis par la loi. La participation formelle comprend, par exemple, les décisions prises lors des assemblées locales ou les exigences en matière de travaux publics. Des dispositions législatives appropriées, la légitimation de l'action publique, la transparence des décisions prises par les autorités et la prise en compte des différents intérêts des parties prenantes sont les principaux éléments d'action. Il en résulte une plus grande sécurité en matière de planification et une plus grande égalité de traitement.


En revanche, les processus informels de participation ne sont pas imposés par la loi, mais ils sont de plus en plus utilisés dans l'élaboration de bases de planification (modèles, stratégies de développement ou plans directeurs) ou dans des projets concrets. Il s'agit, entre autres, de clarifier les exigences, de recueillir des idées, d'identifier les conflits, de définir des objectifs, de débattre des possibilités de développement et d'évaluer les résultats. Cela conduit généralement à élargir la vision des problèmes, à renforcer l'engagement des acteurs, à accroître l'efficacité et à obtenir des résultats plus solides et plus durables. Les processus participatifs permettent aux planificateurs de confronter leur propre image d'un lieu à celle des habitant·es, aux futurs usagers et de faire l'objet d'un "Reality Check".



La participation fait partie de l'ADN de la petite ville de Lichtensteig.


La participation est avant tout un acte volontaire. C'est pourquoi une attitude valorisante, des engagements, une communication transparente, des rapports de force équilibrés et des échanges équitables entre les générations, les professions et les échelons hiérarchiques sont des principes essentiels. La participation concerne les processus de prise de décision et le discours qui y est associé. La simple communication d'informations ou la consultation sont donc considérées comme des étapes préalables à la participation.


L'objectif conduit à la méthode

Les processus de dialogue doivent être menés avec des objectifs précis, au bon moment, avec les parties prenantes pertinentes et des méthodes appropriées. Trop souvent, les responsables de projet se penchent d'abord sur le "comment", c'est-à-dire sur des questions méthodologiques, et oublient que pour réussir le processus participatif, il faut d'abord clarifier le "pourquoi" et dans quel but un tel processus doit être mené. Cela implique également de s'interroger sur sa propre conception de la participation et celle des autres. En tant que planificatrice de l'espace, je souhaite avant tout optimiser le processus de planification et adapter l'espace aux besoins. Et tandis que l'assistant social de quartier souhaite donner aux riverains les moyens d'exercer une influence politique et les rendre plus actifs, la conseillère municipale compétente se préoccupe avant tout de légitimer les décisions politiques et de renforcer le bien commun.



Règles d'or d'un processus participatif.


L'examen de la finalité et des objectifs de la participation implique également de se demander si l'approche participative est utile et s'il existe une marge de manœuvre suffisante. En l'absence d'une telle approche – les acteurs impliqués ne peuvent décider que de la couleur des banquettes, par exemple – une approche participative ne peut qu'engendrer frustration et résignation et n'a donc aucun sens.


Il n'y a pas de "bon" moment pour l'implication des acteurs concernés. En règle générale, plus elle intervient tôt, plus grande est la marge de manœuvre. Toutefois, s'il s'agit d'un projet de longue durée, les responsables doivent bien réfléchir au moment où les acteurs concernés seront impliqués. Le risque est que des contributeurs initialement motivés décrochent parce qu'ils ne voient pas de progrès ou n'ont pas été suffisamment informés.


La mobilisation nécessite différents types de communication et de participation

La participation est avant tout un travail de communication et de relation. Cela commence par l'analyse des acteurs et des réseaux, puis la mobilisation des acteurs concernés. Il est important d'utiliser différents canaux de communication analogiques et numériques, de choisir un langage simple et compréhensible et d'activer les personnes clés. Afin de recueillir les besoins et les idées d'un public aussi large que possible, il est utile et souhaitable de combiner différents types, méthodes et dates de participation. L'expérience montre, par exemple, que les rendez-vous en soirée attirent davantage un public masculin d'âge moyen ou supérieur, tandis que les jeunes ont davantage recours aux possibilités de participation numérique.



Des ateliers sur le terrain permettent un contact direct avec la population.


Pour la rénovation du quartier du quai du Bas, la ville de Bienne a mis en place un groupe d'experts qui a pu s'exprimer sur les propositions de projets dans le cadre du concours d'architecture paysagère lors de plusieurs ateliers. Le dialogue avec la population a été initié par le biais d'installations temporaires telles que l'île d'été 2019 et s'est poursuivi avec des promenades guidées en soirée, des événements d'information publique et des ateliers tous les samedis. Cela a permis d'impliquer différents groupes de population, y compris les personnes âgées.


Les migrants sont souvent difficiles à mobiliser en raison des différences culturelles et des barrières linguistiques. Les personnes clés qui disposent d'un bon réseau dans les communautés respectives ainsi que les écoles, qui peuvent atteindre les parents allophones par le biais des enfants, jouent ici un rôle important. De plus, il faut des canaux qui permettent un contact direct avec la population. A Frauenfeld, Sabina Ruff, cheffe du département des affaires sociales, et son équipe ont installé un café-lounge mobile avec lequel ils ont parcouru les quartiers et parlé aux gens sur le terrain.


L'e-participation en complément de la participation analogique

De plus en plus de municipalités et de villes découvrent le potentiel de la participation citoyenne sur Internet. Il existe aujourd'hui une multitude de plateformes gratuites et open source qui permettent d'entrer en contact avec la population, de recueillir des commentaires et les préoccupations des habitants. La participation électronique de Konova sa, permet par exemple de recueillir des retours d'information structurés sur des concepts, des orientations ou des ébauches de projets. Les commentaires peuvent être intégrés directement dans les documents et plans respectifs, ce qui permet une évaluation efficace et collaborative des avis. D'autres municipalités – Zurich et Lucerne par exemple – utilisent le logiciel open source Decidim. Créé par la ville de Barcelone et développé par une communauté mondiale, il est utilisé aussi bien dans des quartiers à petite échelle qu'au niveau national ou au sein d'ONG. La place de village numérique de Crossiety est également utilisée comme plateforme de communication dans de petites et moyennes communes de Suisse, dans des quartiers, des associations et d'autres groupes. De nombreux autres outils sont également disponibles, qui peuvent être combinés. Toutefois, l'e-participation ne permet pas de toucher tous les groupes de la population. Il est donc recommandé de combiner différemment les offres en ligne et hors ligne dans le temps.


Trouver de nouvelles façons de faire

Qu'il s'agisse du Lernender Park dans le quartier bernois de Holligen Nord, du projet Métamorphose à Lausanne ou du LABöR dans la commune de Lyss, de nombreux environnements innovants sont actuellement testés et des expériences tournées vers l'avenir sont accumulées. Comme la petite ville de Lichtensteig, qui compte 1800 habitant·es, le démontre depuis des années, la participation peut également être un soulagement pour une municipalité – surtout si elle se fait de bas en haut et que les autorités se considèrent avant tout comme un facilitateur. Lorsque les gens sont capables de s'impliquer activement dans leur monde immédiat, ils sont beaucoup plus susceptibles de s'y identifier et d'être plus satisfaits.


Les processus participatifs ne se déroulent pas toujours comme prévu et demandent beaucoup de travail. Pour que les projets avancent rapidement malgré ou grâce à une procédure participative, il faut communiquer dès le début des règles du jeu claires et montrer les possibilités et les limites de la participation. Une participation volontaire ne doit pas servir à obtenir purement et simplement l'adhésion, mais elle peut augmenter l'acceptation d'un projet, mettre en évidence les points problématiques et améliorer la sécurité de la planification. Si les personnes concernées deviennent des parties prenantes prises au sérieux, cela ne conduit pas automatiquement à des retards, mais plutôt à une optimisation durable du projet. Ce qu'il faut avant tout pour cela, c'est un travail actif de communication et de relations.

Ihr Dynamic Snippet wird hier angezeigt... Diese Meldung wird angezeigt, weil Sie nicht sowohl einen Filter noch eine Vorlage zur Verfügung gestellt haben.

Pour en apprendre plus sur le thème de la participation :

Le processus participatif est synonyme de communication et de travail relationnel
sanu future learning ag, Claudia Vogt 6. Februar 2024
Die Rolle von Baubiologinnen und Baubiologen
Der Mensch im Mittelpunkt